Suomalais-afrikkalainen kulttuurikeskus ja taiteilijaresidenssi

Villa Karo

Objectifs et activités

Le but de la Villa Karo est de construire un lien entre les artistes et les personnes agissant sur le champ culturel finlandaises et africaines. Notre premier objectif est d’offrir aux artistes, aux chercheurs et aux enseignants finlandais la possibilité de résider en Afrique. En plus de cela, nous essayons d’inviter des professionnels de culture africains en Finlande.

La Villa Karo est située au Bénin, à Grand-Popo, car le Bénin est l’un des pays les plus démocratiques en Afrique, ainsi qu’un pays stable au niveau politique. Au Bénin il n’y a pas de prisonniers politiques, la liberté de parole est d’un niveau européen et il y a plusieurs partis politiques dans le pays. Le Bénin est aussi un pays amical qui a su conserver sa culture traditionnelle mieux que de nombreux autres pays du continent. Quant à Grand-Popo, c’est un village de pêche calme où on peut travailler plus tranquillement que dans la métropole de Cotonou, par exemple.

À part d’être un endroit de résidence, la Villa Karo sert d’un centre culturel finno-africain, qui offre des services culturels gratuits aux habitants locaux. Le centre culturel est ouvert du lundi au vendredi de 9h à 17h l’après-midi, ainsi que de 9h à midi le samedi.

Font partie des services du centre culturel, entre autres :

  • les concerts mensuels et les présentations de théâtre et de danse chaque premier samedi du mois
  • les soirées cinéma tous les vendredis
  • les exhibitions d’art
  • les locaux de réunion et de séminaire
  • la bibliothèque (voir la liste des livres)
  • l’exhibition sur l’histoire et sur l’art ethnographique ouestafricain
  • les visites guidées pour des groupes scolaires
  • différents ateliers d’art, d’environnement et de langues pour des groupes scolaires, entre autres

La Villa Karo agit également en canalisant de l’aide des écoles et des ONG finlandais pour la communauté à Grand-Popo, ainsi que vers les communautés des pêcheurs. En particulier le collège de Norsen à Helsinki ainsi que l’association Svenska kvinnoförbund i Sörnäs ont été actifs sur ce plan.